Le mal force au Bien !

Notre appréhension de l’époque se fait aujourd’hui plus que tout autour de la problématique du ‘Mal’”. Depuis un petit moment déjà notre conviction s’est encore renforcée : aujourd’hui, le problème le plus immédiat, le plus impératif, le plus urgent et le plus récurrent, en même temps que le plus fécond et le plus dangereux pour l’esprit, est bien le problème du Mal.

Et pour une grande part la raison est cette proximité du Mal à tous égards, proximité en un sens parce que le Mal est partout proche de nous, proximité psychologique parce que le Mal exerce une influence sans pareille sur nous, par le canal de l’information très psychologie celui la plus que tout autre , mal qui nous encercle et nous emprisonne.

Le mal nous (re)met à notre vraie place, nous soumet a une épreuve terrible en vérité, en nous mettant à nu en direct avec lui . D’un autre côté, il rend compte, en mettant en évidence l’impuissance courante à mesurer la puissance et la hauteur de la tragédie qui nous submerge, de l’intervention directe dans notre destin. Ainsi sommes-nous, nous-mêmes, obligés de penser haut si nous voulons ne pas être engloutis par le Mal, notamment en haussant notre jugement a un niveau sans égal, sans pareil … Seulement à des hauteurs impensable , a un niveau métaphysique qui est la seule position d’où l’on puisse affronter le Mal ou puiser la force et l’élan de lutter contre ce Mal si proche maintenant.

Le Mal force au Bien

Cela est d’autant plus évident aujourd’hui , cette présence excessif du Mal rend nos esprits attentifs, douloureux avec cette logique évidente que tout ce qu’il y a de haut et d’élevé permet d’affronter du regard la bassesse que nous offre le Mal.

De cette manière, le Mal force au Bien, autant qu’il fait réaliser les vertus de hauteur, de l’essence de l’être, que procure l’élan vers le Bien. La proximité du Mal permet d’être lucide de développer une véritable “espace de création du Bien”.

De quoi notre époque est elle coupable ?

La réponse tient en un mot, que nous employons souvent, que nous entourons d’une majuscule, Il s’agit de notre société, de notre histoire, de notre route ,de notre rapport l’un a l’autre , d’ethno-psychanalyse … Le mal, ce mal est à la fois l’enfant direct du déchaînement des éléments qui est pure représentation du Mal, donc le Mal lui-même ; et , d’autre part, une construction en partie humaine, ou acceptés en tant que telle.

Quelle responsabilité particulière ? mais aussi tout est ambiguïté et contradiction en réalité. La société est à la fois le déchaînement du Mal mais aussi et surtout par conséquent une création humaine. Cette affaire ( ces affaires) est un avertissement, un théâtre tragique extrême de notre échec a construire un espace raisonnable de relations apaisées social , culturel ……..

L’inconnaissance permet de regarder le Mal et sa proximité immédiate est une attitude fondamentale de notre société car le caractère définissant à lui seul, irrémédiablement et exclusivement, notre “époque” est la violence , d’où parfois nos choix et nos échecs.

Météo
Nos partenaires
Nos partenaires
Archives