Fermer
ActualitéBouzegueneCulture loisirsLocales

16e édition du festival Raconte-arts : Les préparatifs s’intensifient au village Sahel

Sahel-Bouzeguène

Le village de Sahel, dans la commune de Bouzeguène, à une soixantaine de kilomètres à l’est de Tizi Ouzou, accueillera du 16 au 26 juillet prochain la 16e édition du Festival «Raconte-arts».

Organisé par la ligue des arts cinématographiques et dramatiques de Tizi Ouzou, ce festival va poser pied pour la troisième fois dans la daïra de Bouzeguène, après les éditions tenues aux villages de Wizgan, en 2009, et Iguersafene, en 2015. Sahel, ce beau village de quelque quatre mille habitants, se prépare depuis plusieurs semaines déjà pour accueillir ce festival. Il faut savoir que le village est habitué aux grands rendez-vous, avec la traditionnelle fête de la figue de Barbarie, qui se tient, chaque été au village, avec pour cette année la tenue de la 12e édition, en août prochain.

 Contacté par nos soins, deux membres du comité d’organisation, Hamid Boudi et Fadhila Bakouche, qui gère l’association féminine, nous ont affirmé qu’ils en sont aux derniers préparatifs. Des réunions marathon se tiennent encore quotidiennement au village pour peaufiner l’organisation, qui mobilise toutes les couches sociales du village. Rien n’a été laissé au hasard, avec l’installation de diverses commissions, qui se chargeront de l’organisation de la sécurité, du transport, de la restauration, de l’hébergement, etc. et surtout de l’accueil des invités, qui seront plus nombreux cette année qu’à toutes les précédentes éditions, nous a-t-on affirmé.

Outre les habitations prêtes à accueillir les invités, de nombreuses maisons traditionnelles ont été restaurées pour ceux qui affectionnent le rustique et la bonne humeur. Les ruelles principales du village sont entièrement recouvertes de dalles en ardoise. Des aires entièrement refaites et recouvertes de tuf sont réservées aux caravaniers du Sud pour installer leurs tentes et y préparer du thé mousseux. La place de Tajmaât, les ruelles, les fontaines, la mosquée, etc. sont prêtes pour accueillir les festivaliers. Concernant le programme, le président du festival, Hassan Metref, que nous avons contacté lundi dernier, s’est dit très heureux du choix du village de Sahel.

Sous le thème : «Nedjma, l’inextinguible matière», en hommage à Kateb Yacine, à l’occasion du trentième anniversaire de son décès, le festival est également dédié à l’environnement et à la femme de Sahel qui s’est impliquée dans la lutte contre les déchets et qui, cette année, vise une bonne place, sinon la première, dans le concours «Rabah Aïssat», du village le plus propre. Les invités, dont des étrangers, ont été contactés, mais M. Metref reste prudent quant à la présence de ces derniers, puisqu’ils sont conditionnés par l’obtention du visa. Concernant les nationaux, il y a bien sûr l’enfant de la région, Cheikh Sidi Bemol, Akli D., Samia Brahmia, Mustapha Benfodil, H’mida Layachi, etc. et bien d’autres habitués de ce rendez-vous culturel, comme bien sûr le fidèle partenaire du festival, Denis Martinez, avec sa traditionnelle intervention in situ pour l’entame officielle des festivités.

Kamel K. elwatan

Mots clés : Une
Rédaction

L'auteur Rédaction