Fermer
d-du-genie-et-du-talent-pour-la-sculpture-e0d2a

Dda.Mehmud Bueraba est né à Takuct (Bouzeguene). Il a participé à la guerre de libération de 1954-1962. Apres l’indépendance, il travailla dans la mairie de Bouzeguene. Une fois admis à la retraite, il refusa de rester les bras croisés dans un café pour écouter les médisances et les bavardages stériles de ceux qui n’ont rien de bon à faire. Il se reconvertit en sculpteur et fleuriste dans sa vieille maison improvisée en atelier.

Le maquisard : Bien qu’il ait participé à la guerre, il n’aime pas s’en vanter et disserter sans arrêt sur cette période douloureuse. Il considère qu’il a juste fait son devoir de patriote, sans plus. Néanmoins, il aime rappeler que l’indépendance n’a pas été offerte par De gaulle mais arrachée dans la douleur.

Le citoyen : Avec sa taille imposante, son chapeau et ses lunettes, il donne l’apparence d’un grand acteur. Solitaire et réservé, il continue de s’adonner à ses activités artistiques avec enthousiasme, dynamisme et application. A plus de 80 ans, il nourrit des ambitions artistiques à faire pâlir de jalousie un jeune de 20 ans.

L’artiste : Il a été marqué grandement par les souvenirs et les stigmates de l’effroyable guerre. D’ailleurs, tous les objets qu’il sculpte avec du bois sont inspirés de la guerre. Il collectionne des avions, des hélicoptères, des mitraillettes et tant d’autres objets qui rappellent les horreurs de la guerre.

Le fleuriste : Avec ses mains expertes, il met de jolies fleurs en plastic sur un piédestal en bois qu’il a lui-même sculpté. Le plus incroyable, c’est qu’il ne vend pas ses fleurs, il les offre gentiment aux amis.

Je profite des colonnes du Bouzeguene Post pour le remercier pour les nombreuses fleurs qu’il m’a offertes et lui souhaiter une longue vie et davantage de réussite dans son travail artistique qui le passionne toujours malgré son avancée dans l’âgé et les problèmes de santé.

Salut l’artiste !

Par Hammar Boussad.

Mots clés : Une
Rédaction

L'auteur Rédaction