Fermer
ActualitéBouzegueneCulture loisirs

Publication d’un livre de généalogie « Chroniques d’Ali Ath Ali et de sa descendance », un ouvrage de Smaïl Aliane

    138833026_10215196429063168_6858824787531787343_n
    Publication d’un livre de généalogie « Chroniques d’Ali Ath Ali et de sa descendance », un ouvrage de Smaïl Aliane
    « Chroniques d’Ali Ath Ali et de sa descendance » est le premier livre de Smail Aliane, publié à compte d’auteur, en novembre 2020. Le livre qui est scindé en trois parties, décrypte « l’histoire préconçue d’Ahitos », l’ancêtre du village. Il présente avec détails l’arbre généalogique de la famille à partir de l’ancêtre « Ali Ath Ali » et de sa descendance, notamment la branche de « Ali Larbi ».
    Dans la troisième partie, l’auteur se fixe, enfin et avec détails, sur une autobiographie qui retrace la vie et la descendance de Mohand Amokrane ben Hadj Saïd Larbi. L’ouvrage constitue l’aboutissement de plusieurs années de recherches sur la généalogie de la famille et de sa corrélation avec « Ahitous », le fondateur du village Ihitoussène. Cette recherche est accomplie sur la base de témoignages oraux, de documents prétendument authentifiés et du vécu réel de l’auteur. Le livre est particulièrement intéressant du fait qu’il présente des photos de familles, rendant la lecture aussi instructive qu’agréable.
    Sur les objectifs de son livre, l’auteur qui est ingénieur de formation, nous dira :« Celui qui ne sait pas d’où il vient ne peut savoir où il va. Cette citation bien connue sous-entend l’idée qu’il faut bien se connaître afin de se construire correctement en tant que personne. La famille est l’entité initiale qui contribue à façonner notre identité, notre personnalité et notre existence. Comprendre l’histoire de ses ascendants, c’est appréhender de manière plus claire l’environnement auquel on est lié, c’est donc mieux se connaître soi-même », nous explique Smail Aliane qui avoue clairement que « la recherche généalogique n’est jamais achevée car tant qu’il reste des archives à conquérir quelque part, il reste de l’espoir.
    Le chercheur généalogiste sait bien que beaucoup de gens sont curieux de connaître leurs origines. Parfois, ils s’obstinent à aller plus loin, mais parfois, face au manque d’informations, ils se résignent et abandonnent. Alors, rien ne vaut une généalogie que l’on communique à ses proches afin de leur partager le plaisir de découvrir la vie de leurs ancêtres. C’est l’objectif de mon livre. Si je ne le partage pas, il ne sert à rien ». Il faut reconnaître que l’ouvrage « Chroniques d’Ath Ali et de sa descendance», a le mérite de profiter, également, à la connaissance d’autres familles du village, de par les ramifications et les alliances entretenues à travers les mariages, les héritages entre groupes sociaux et même des liens qui vont au-delà du village.
    L’auteur a tout de même enrichi son ouvrage en y évoquant l’histoire commune de la cité des forgerons. L’histoire d’Ahitos, fondateur du village Ihitoussène, plus connue sous le fil de la tradition orale. Les villageois restent, tout de même, sur leur faim, quant aux véritables origines d’Ahitos et ses possibles proches accompagnateurs.
    Un hommage a été rendu aux forgerons et aux martyrs de la révolution. Des personnalités qui ont marqué l’histoire contemporaine du village, a l’image de Hamou Amirouche, Moudjahid, secrétaire particulier du chef de la wilaya III, décédé en 2018. Il est auteur du livre « Un an avec le colonel Amirouche ». Smail Aliane n’a pas omis de mettre en exergue des hommes qui étaient bien introduit, à la fois dans l’histoire récente de la révolution que dans les appareils de l’état et la diplomatie algérienne, en citant les défunts Arezki Hamroun, responsable politique au sein de France du FLN et Tahar Hamroun, ancien ambassadeur dans plusieurs capitales du monde. Les personnalités religieuses du village ont eu aussi une faveur d’être citées, à l’image de Cheikh Belkacem, disparu en 1951, Hadj Idir qui effectua sept fois le pèlerinage dont trois fois, à pieds et hadj Mohand Arab, disparu en 2001.
    Pour la plupart d’entre nous, effectuer des recherches en généalogie est un passe-temps qui nous permet d’en savoir plus sur l’histoire de nos ancêtres. Pour d’autres, l’enjeu est considérable et peut changer d’un trait une vie de quelqu’un, on pense notamment aux personnes n’ayant jamais connu leurs parents ou leurs ancêtres les plus proches.
    KAMEL NATH OUKACI « Chroniques d’Ali Nath Ali et de sa descendance » de Smail Aliane
    Edité à compte d’auteur, 154pages.
    Le Bouzeguene PosT via liberte-algerie.com/…..
    Merci de partager si vous aimez!
      Rédaction

      L'auteur Rédaction