Fermer
Actualité

5eme édition de la fête de la forge à Ihitoussène

67936320_2299988833411895_6372756342184083456_n

Des forgerons qui feront des démonstrations, une vingtaine d’exposants dans divers domaines, un marché du terroir, des activités féminines, deux conférences, une projection d’un film, un hommage aux forgerons par les vieilles femmes du village, une déambulation nocturne….etc.

Le village Ihitoussène, dans la commune de Bouzeguène, à une soixantaine de kilomètres à l’est de Tizi Ouzou, abritera, les 6 et 7 août prochain, la cinquième édition de la fête de la forge. Sous le thème, « La forge traditionnelle : Autosuffisance et savoir-faire »,  cette fête, préparée par l’association culturelle « Sebaa Zzbari » (les sept enclumes), l’association féminine « Tahittost » et le comité du village, a pour objectif la sauvegarde de ce métier menacé de disparition, conséquence d’une industrialisation  accrue de l’agriculture et la préservation de l’activité de la forge traditionnelle pour les générations futures.

Au programme, minutieusement concocté par les organisateurs, des visites vers l’ancienne forge du village où des forgerons activeront dans la fabrication de pièces forgées avec des explications dans l’art de chauffer et de battre le fer afin de lui donner la forme souhaitée ainsi que les techniques de la trempe. Une démonstration dans l’art du ferrage de bêtes sera opérée par un autre forgeron. En parallèle à ce métier de la forge, se tiendront une exposition et un marché des produits de l’artisanat, un rendez-vous que les petits artisans locaux tentent d’exploiter pour vendre leur produits. Les femmes, de leur côté, ont aussi leurs précieuses touches pour donner le meilleur éclat à cette fête. Elles étaient, depuis des mois, affairées dans la lutte contre les déchets pour protéger l’environnement villageois. Sans elles, le village serait, sans doute, moins éclatant. Mieux encore, elles ont initié une chorale de fillettes qui, toutes en chœur, nous distillent de larges morceaux de chants dédiés au forgeron « Ahitos »  qui a été à l’origine de la naissance du village.

On imagine mal, aujourd’hui, comment le village, autrefois, a pu faire bloc autour de ses artisans. Des décennies durant lesquelles tout se fabriquait sur place. Le forgeron occupait une place centrale dans l’activité des campagnes en contribuant au développement de l’agriculture et de l’économie rurale. Le génie des forgerons d’Ihitoussène leur a permis de verser dans la fabrication des armes anciennes et de la poudre à canon ayant servi durant les insurrections armées de 1854, 1857 et 1871 (Chikh Aheddad, Icheridhen, El-Mokrani…)

Les animateurs de l’association tentent de sauvegarder le métier. Pour Abdenour Abdeslam , chercheur et linguiste, « la forge peut être préservée pour peu que les forgerons du village se remettent à travailler, en fabriquant eux-mêmes, les pièces de charrues de tracteurs, socs, disques et pieux, pour en faire une véritable industrie ».

KAMEL KACI

Mots clés : Une
Rédaction

L'auteur Rédaction