Fermer
Régionales

LE MINISTÈRE DU TRAVAIL A ANNONCÉ SON AUTO-DISSOLUTION Le démenti du Snateg

    ,jijioi

    Le Syndicat national autonome des travailleurs de l’électricité et du gaz (Snateg) dément catégoriquement son autodissolution annoncée dimanche, par le ministère du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale.

    Dans un communiqué rendu public, hier lundi, et signé de son secrétaire général, Abdelkader Kouafi, le Snateg tient à affirmer à l’opinion nationale et internationale que «seul un congrès national qui peut se réunir pourra prendre une telle décision. Ce qui ne s’est pas passé et aucune délibération liée à la dissolution du syndicat n’a été faite. Bien au contraire, le congrès du Snateg tenu en juillet dernier a tenu à lever toute équivoque quant à la non-dissolution du syndicat et le refus du retrait de l’enregistrement annoncé par le ministère du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale qui enfreint toutes les lois».

    Et d’alerter les travailleurs du groupe Sonelgaz que le congrès national du Snateg n’a jamais décidé de sa dissolution sauf si la justice viendrait à rendre publique une décision sur la base d’un argumentaire clair s’articulant sur des bases réglementaires justes. Et d’accuser l’UGTA de se réunir discrètement pour décider du sort du Snateg. Ce que le syndicat autonome dit refuser dans le fond et dans la forme, se démarquant de ces décisions et de celle du ministère de tutelle non réglementaires pour ne s’être même pas donné la peine d’enquêter sur la véracité de ce procès-verbal portant autodissolution dudit syndicat.

    Le secrétaire général du Snateg affirme, enfin, présenter une requête auprès du bureau international du travail en ce sens que le «ministère du travail s’est immiscé dans les affaires internes d’une organisation syndicale en publiant des communiqués et des décisions sans s’en assurer de la véracité. Ce qui dénote, ajoute Kouafi, de sa légèreté puisque son seul objectif est d’attenter à la détermination des travailleurs qui adhèrent massivement à notre syndicat dans le sillage des nombreuses entraves dressées contre notre organisation».
    Pour rappel, dans un communiqué rendu public dimanche, le ministère du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale a fait part de la dissolution du Syndicat national autonome des travailleurs de l’électricité et du gaz (Snateg).
    «La direction des relations de travail, relevant du ministère, a été rendue destinataire d’une copie d’un procès-verbal portant dissolution volontaire de l’organisation syndicale dénommée Syndicat national autonome des travailleurs de l’électricité et du gaz (Snateg)», annonce ledit ministère dans un communiqué.

    Une décision de dissolution «volontaire de cette organisation syndicale prononcée par les membres fondateurs lors d’une assemblée générale tenue en date du 7 octobre 2017 à Alger en présence d’un huissier de justice, et ce, conformément aux dispositions de l’article 28 de la loi 90-14 du 2 juin 1990, modifiée et complétée, relative aux modalités de l’exercice du droit syndical et au statut du syndicat, précise la même source.
    Suffisant pour la direction des relations de travail qui souligne avoir «pris acte de cette dissolution volontaire» en procédant à «l’annulation du numéro de référence du syndicat suscité dans le registre d’enregistrement des organisations syndicales».


    M. K.source Article

    Merci de partager si vous aimez!
    Mots clés : Une
      Rédaction

      L'auteur Rédaction