Fermer
Régionales

Bouzeguène Des rues baptisées au nom de trois chouhada

    d-des-rues-baptisees-au-nom-de-trois-chouhada-e4a1f

    À l’occasion de la commémoration du 63e anniversaire du déclenchement de la lutte armée, l’APC de Dar El-Beïda a procédé dernièrement à la baptisation de trois rues de la ville aux noms de chouhada originaires de la commune de Bouzeguène, la région natale du colonel Mohand Oulhadj, chef de la Wilaya III historique.

    La cérémonie, à laquelle ont pris part les autorités locales, les moudjahidine, les autorités militaires, les familles des martyrs et de nombreux citoyens des deux wilayas d’Alger et de Tizi Ouzou, s’est voulue sobre mais ô combien symbolique pour les chouhada qui ont donné leur sang pour libérer cette patrie si chère à tout le peuple algérien. “Tous les chouhada auxquels nous attribuons les noms de rue sont morts pour un même idéal, celui de libérer l’Algérie. Il existe encore des rues sans nom, et la ville s’agrandit de jour en jour. Les baptisations de rue constituent une occasion de se recueillir à la mémoire des chouhada, de tirer les leçons de leurs sacrifices et de se réapproprier l’histoire de l’Algérie qui est riche en événements héroïques”, dira un membre de l’APC de Dar El-Beïda.

    Les trois rues de Dar El-Beïda portent désormais fièrement les noms des martyrs, tous tombés les armes à la main, notamment lors de l’opération Jumelles. La première rue est attribuée au chahid Sadi Lahcène, né en 1936 au village d’Ihitoussen, douar Akfadou (Tizi Ouzou), tombé au champ d’honneur en 1959. La deuxième rue porte le nom de l’officier Aliane Mohand Ouamer, né aussi à Ihitoussen, le 19 août 1931 et tombé au champ d’honneur en 1959 à Aït Yahia Moussa, dans la région de Draâ El-Mizan.

    Enfin, la troisième rue est attribuée au chahid Amara Hamou “dit Mohand Améziane”, né le 22 juillet 1905 à Ihitoussène, du douar Akfadou et tombé au champ d’honneur le 13 janvier 1960 à Bouzeguène. Le fils du colonel Mohand Oulhadj, convié à la cérémonie, a rendu un vibrant hommage aux chouhada et, à l’occasion, il nous dira en substance que “le moment est venu de baptiser toutes rues aux noms des chouhada afin que nul n’oublie les sacrifices de ceux qui ont sacrifié leur vie pour que vive l’Algérie libre et indépendante”.

    KAMEL NATH OUKACI-source

    Merci de partager si vous aimez!
    Mots clés : Une
      Rédaction

      L'auteur Rédaction