Fermer

Bouzeguène : Les retraités dans le désarroi

no thumb

Les retraités et les veuves bénéficiant de pensions de réversion, notamment ceux disposant de comptes devises à la BDL de Bouzeguène, vivent une situation pénible ces derniers temps.bouzeguene

Ces retraités dénoncent, dans un premier temps, le manque récurrent de devises mais depuis le mois de mars dernier, un nouveau problème, relevant du système informatique, a surgi, entrainant des difficultés dans la perception de leurs pensions. Ce nouveau système informatique, très performant et ultramoderne, nous dit-on, fonctionne à partir d’un serveur centralisé qui enregistre toutes les données à l’échelle nationale. Cependant, les agents de la BDL éprouvent d’énormes difficultés dans son exploitation, entrainant une véritable pagaille pour répondre aux demandes des clients.

Depuis quelques jours, les retraités de France ainsi que ceux de la CNR pointent chaque matin devant la BDL qui ne dispose pas suffisamment d’espace pour accueillir autant de clients, avec une salle d’attente qui ne dépasse pas les 20 m2. Dimanche dernier, la banque est de nouveau prise d’assaut. Dda Mohand, 78 ans, retraité depuis 25 ans, se déplaçant avec une canne, est devant la BDL depuis 7h30.

Il dira avec amertume : «Je reçois chaque mois ma retraite en euros ; je dois pointer très tôt pour éviter de me retrouver dans le pétrin de la chaine. Habituellement, je prenais, tant bien que mal, une partie de ma retraite et je laisse l’autre en banque. Maintenant, je prends tout et ne laisse que 10 euros dans mon compte pour éviter de me fourrer une nouvelle fois dans la chaine.

Comme tous les autres retraités, je n’ai pas le choix. On a souffert pendant 40 ans dans des chantiers en France et on continue de souffrir pour encaisser notre retraite». A noter qu’une nouvelle banque BADR a été construite à proximité de la BDL, depuis plus de deux ans, mais elle ne semble pas prête d’ouvrir ses portes en raison du retard dans l’installation des équipements informatiques et de l’affectation du personnel. 

Kamel K. lire l’article dans sa source

L'auteur