Fermer
ActualitéBouzeguene

CELA S’EST PASSÉ AU VILLAGE AHRIK DE BOUZEGUENE Les femmes construisent une unité de soins

37985333_1341477195983740_6908902508517654528_n

Ce projet ne se mesure pas à l’argent qu’il a coûté, mais plutôt à la haute considération des femmes du village Ahrik.

L’initiative est unique et grandiose, mais pas étonnante connaissant les capacités de la femme kabyle. Cela s’est passé dans un beau village de Kabylie, situé dans la daïra de Bouzeguène. Les femmes du village Ahrik viennent de terminer les travaux de construction d’une unité de soins qui couvrira les besoins sanitaires des villageois et des citoyens des villages environnants. A la cérémonie d’inauguration qui a été organisée samedi, les villageois ont exprimé toute leur admiration pour le courage des femmes du village Ahrik qui ont réalisé cet exploit unique en son genre. Des représentants des pouvoirs publics ont également marqué par leur présence la cérémonie à l’instar des élus locaux ainsi que du chef de daïra de Bouzeguène. Profitant de cette tribune, ces derniers ont exprimé leur disposition à accompagner la mise en place du personnel et les moyens techniques pour le lancement de ce centre.
Au début, les femmes qui ont lancé l’initiative étaient les seules à croire à la faisabilité sur le terrain. C’était un rêve presque impossible à réaliser pour deux raisons. D’abord, construire un centre de soins par ses propres moyens, alors que certaines communes ne peuvent le faire, relevait du défi. Il aura fallu que les initiatrices usent d’arguments pratiques sur le terrain pour que le nombre de personnes qui y croyaient commence à grandir. Mettre le pied dans le tas était nécessaire pour montrer que les femmes étaient décidées à construire ce centre malgré les difficultés.
Autre raison qui a fait que le projet a eu de la peine à convaincre est que l’initiative soit venue de la gent féminine. Le projet commence à convaincre peu à peu et la catégorie masculine commence enfin à mettre du sien et à encourager les femmes à aller de l’avant. Ce fut un véritable atout pour la réussite. De leur côté, les pouvoirs publics ont décidé d’accompagner ce projet grandiose et unique. L’APW a mis une enveloppe financière symbolique pour ce projet d’un coût global de deux milliards de centimes.
En fait, ce projet ne se mesure pas à l’argent qu’il a coûté, mais plutôt à la haute considération des femmes du village Ahrik. Ces femmes ont réalisé quelque chose d’unique et rare dans le monde. En construisant cette unité de soins, les femmes d’Ahrik ont montré de quoi sont capables les femmes kabyles. La réussite dans ce projet ouvrira la voix à d’autres réalisations allant dans le sens du bien de la communauté, mais pas seulement. La réalisation de ce projet grandiose mettra à mal les arguments de ceux qui continuent de considérer la femme comme un être mineur à vie.Enfin, la réussite des femmes d’Ahrik à construire ce projet est un signe que la société kabyle va toujours bien. Malgré les multiples problèmes sociétaux vécus actuellement, il n’en demeure pas moins que la société garde encore ses repères. Les femmes d’Ahrik viennent de le prouver. Et de quelle manière!

 

 Source article 
Mots clés : Une
Rédaction

L'auteur Rédaction