Fermer
ActualitéBouzegueneLocales

Dans la perspective de sa généralisation à Bouzeguène La valorisation des déchets organiques par compostage en débat

    d-la-valorisation-des-dechets-organiques-par-compostage-en-debat-5557e

    Baptisé “Plateforme de compostage”, soutenu par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), ce projet vient de faire l’objet  d’une  rencontre  de  formation  organisée  par  l’association locale des handicapés et leurs amis.

    La valorisation des déchets par compostage est revenue cette semaine sur le devant de la scène à Bouzeguène, où les rencontres se multiplient, avec comme but de la généraliser à tous les villages de la daïra. Baptisé “Plateforme de compostage”, soutenu par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), ce projet vient de faire l’objet d’une rencontre de formation organisée par l’association locale des handicapés et leurs amis.

    Le projet en question est destiné, selon ses promoteurs, aux associations environnementales et aux comités des villages de Bouzeguène qui veulent se lancer dans la gestion des déchets organiques à travers leur compostage. Animé par Dr Hammoum Baya, membre de l’association des handicapés, et Mme Kessal, ce regroupement qui a réuni les trois villages Houra, Aït Salah et Ibouyousfène a été l’occasion de présenter le projet aux acteurs relais et de booster la mobilisation sociale pour la mise en place du système de tri sélectif dans cette localité étouffée par les déchets.

    Selon le président de l’association, Saïd Hammoum, “l’association est prête à aider toutes les associations qui veulent mettre en pratique le compostage en organisant des journées de formation théoriques et pratiques”. “Nous avons réussi avec les handicapés et pourquoi pas avec les personnes valides. Le moment est venu de démanteler nos décharges avec des moyens simples. Il faut juste avoir la volonté de bien faire”, a-t-il soutenu.

    Les organisateurs ont mis l’accent sur les actions de sensibilisation à mener dans les écoles considérées, comme le centre névralgique pour inculquer la culture du tri sélectif des déchets ménagers et la mise en place du compostage. La rencontre a été également une occasion pour ses organisateurs d’initier les participants à la construction simple et rapide d’un composteur et son entretien pour obtenir un bon compos.

    Pour convaincre les participants de la simplicité de la démarche, les formateurs ont mis en avant l’exemple des handicapés du centre psychopédagogique d’Aït Sidi Amar, à Bouzeguène, qui sont à leur cinquième année dans le compostage. Pour les initiateurs de ce projet, l’implication de la population est primordiale à Bouzeguène, où la situation environnementale est devenue des plus inquiétantes en raison du nombre exponentiel des décharges sauvages, notamment depuis la fermeture de la décharge d’Azaghar.

    Dr Arezki Hammoum, diplômé  en agro-écologie et qui  fait du projet de tri sélectif des déchets son cheval de bataille, a expliqué que “la solution des CET (centre d’enfouissement technique) est limitée dans le temps et leur construction est une perte de temps et un gaspillage d’argent”. “La solution réside dans le tri des déchets et leur recyclage pour arriver, à terme, à zéro déchet”, a-t-il estimé.

    Selon les initiateurs, cette  journée  n’est  qu’une  étape d’un processus qui devrait aboutir à une chaîne de partenariats et un échange d’expériences et de savoir-faire, avec comme objectif  principal de généraliser la valorisation des déchets.
    KAMEL NATH OUKACI-liberte-algerie

     

    Merci de partager si vous aimez!
    Mots clés : Une
      Rédaction

      L'auteur Rédaction