Fermer

Démolition de l’école centenaire d’Aït Ikhlef malgré la désapprobation des villageois de Bouzeguène-(« c’était le mois d’Avril 2013»)..

no thumb

[show_avatar email=4 show_name=true show_email=true]

  La démolition de l’école centenaire d’Aït Ikhlef intervenue, le week-end dernier, n’a pas manqué de susciter, au sein de la population de Bouzeguène, de vives réprobations et de critiques acerbes à l’endroit des responsables qui ont approuvé cette atteinte au patrimoine de la commune.ecolea3

 Les villageois et à travers eux tous les intellectuels de la région, ont, à l’unanimité, dénoncé la démolition de l’école centenaire d’Aït Ikhlef, l’unique école de la région dont le début de la construction remonte à la fin de l’année 1895 et inaugurée en 1898.
Patrimoine historique de la région, ce vestige devrait être classé et protégé pour en faire un musée. Deux articles paru dans deux quotidiens nationaux (en français et en arabe), ont fait réagir les élus sortants qui tiennent à informer la population que le choix de terrain pour la construction d’une unité de protection civile, n’a jamais été l’école d’Aït Ikhlef. Le procès verbal de délibération mentionne que le terrain qui lui a été attribué est bien une assiette située au lieudit « Imoughlaouenne », en amont de la fontaine de Sidi Abdelouahed.
Cette thèse est confortée par un élu qui, la semaine dernière, lors de la visite d’une délégation de la wilaya à Aït Ikhlef, nous informe que la délégation de la wilaya est venue, en effet, pour constater le choix de terrain pour la construction de l’unité de protection civile.
Cependant, le représentant de la daïra contredit, sur le coup, le représentant de l’APC, avançant que le choix de terrain a été fait il y a très longtemps; une déclaration qui va en contradiction avec le PV de délibération de l’APC sortante qui ne mentionne, en aucun cas, l’école d’Aït Ikhlef..Aux dernières nouvelles, on a appris que le choix de terrain, celui de l’école centenaire d’Aït Ikhlef, été fait au mois de mars dernier (année 2013). Un choix regrettable qui a conduit à la démolition de ce vestige historique unique ; une véritable atteinte à l’intégrité du patrimoine ancestrale.Alors que la région regorge de sites pour édifier une unité de protection civile qui, au demeurant, revêt une grande utilité pour la région de Bouzeguène, on a préféré démolir histoire, un patrimoine qui n’appartient pas seulement à la région de Bouzeguène, mais à toute l’Algérie et, mieux encore, à l’universalité.A Bouzeguène, la célébration du mois du patrimoine qui s’est achevé le 18 mai dernier, a fini par donner un véritable coup de grâce à ce même patrimoine. Et comme en toute chose, on n’est pas obligés d’être d’accord ; on dira tout simplement que c’est un véritable gâchis et c’est regrettable. Dommage !
KAMEL KACI-el watan

L'auteur