Fermer

Entretien avec Boualam Benkhenouf-Adjoint au maire d’Aubervilliers pour LeBouzeguènepost”

no thumb

Adjoint au maire d’Aubervilliers, chargé de la démocratie locale, de la vie des quartiers et des centres sociaux, Boualam Benkhenouf, également président l’association le « 93 au Cœur de la République » a eu l’amabilité de nous recevoir, le vendredi, 20 juin 2014, à 13h00’ précises, dans son bureau, à la mairie d’Aubervilliers, et de nous accorder un entretien, franc, direct et précis. Plusieurs sujets ont été abordés lors de cet entretien et Mr Boualam Benkhenouf n’a pas manquer cette occasion pour nous donner de plus amples informations sur la vie des Albertivillariens et des albertivillariennes. Dans notre entretien, nous avons beaucoup insisté sur le jumelage entre Aubervilliers er Bouzeguène signé et scellé en 2012, sur les efforts souscrits en matière d’échange et de coopération dans divers domaines, notamment la poursuite des efforts dans les domaines éducatifs, sportifs, social (prise en charge des handicapés de Bouzeguène) grâce au grand travail qui a été accompli à ce jour, voici donc, l’intégralité de notre face à face .

Votre équipe, celle du front de gauche, à la mairie d’Aubervilliers, a été installée, il y a environ trois mois (le 5 avril dernier exactement) : Pourriez-vous, succinctement, vous présenter aux lecteurs de <lebouzeguenepost> ?

Je m’appelle Boualam Benkhelouf. J’ai 66 ans. Je suis retraité. Je suis élu maire adjoint, chargé des délégations : Démocratie locale, vie des quartiers et centre sociaux, membre de la majorité municipale : nombre d’organisations politiques qui ont composé (Ensemble). Je suis un syndicaliste, membre de la CGT où j’ai accompli deux mandats à la commission exécutive fédérale, membre de la fédération de la construction (permanent syndical), membre de l’association « 93 au cœur d’Aubervilliers », présidée par le défunt Mouloud Aounit. En plus de toutes ces activités, je suis élu à la mairie d’Aubervilliers.La population d’Aubervilliers nous a accordé sa confiance et nous devons faire en sorte de mettre en action le programme pour lequel nous avons été élus. L’objectif est de faire avancer les problèmes de fond pour prendre en charge les soucis de la population d’Aubervilliers dans toute sa diversité. Le nouveau maire, M. Pascal Beaudet et la liste « Vivre mieux à Aubervilliers » va mettre son programme en action

Vous vous êtes rendu, dernièrement, à Bouzeguène : Qui vous a confié cette mission ? Comment avez-vous été reçu par les élus de Bouzeguène ? Qu’est-ce qui vous a le plus « frappé » en pénétrant dans le territoire de cette commune ?

L’objectif de mon voyage était, d’abord, de me rendre à Bejaia, la région de mes origines. Je me suis dit, tiens, je vais faire un crochet à Bouzeguène, une commune limitrophe de Bejaia. Pour cela, j’ai été porteur d’une lettre du nouveau maire d’Aubervilliers, M. Pascal beaudet, au maire de Bouzeguène, M. Mourad Bessaha. Dans sa lettre, M. Beaudet tenait à rassurer les élus de Bouzeguène de sa disponibilité et de sa détermination à poursuivre l’application de la validation du protocole de jumelage signé par les élus sortants. J’ai été bien reçu par le premier vice-président de l’APC de Bouzeguène et le président de la commission sport, loisirs et culture. Pour ce qui est de la suite de votre question, je tiens à dire que rien de particulier n’a frappé mon attention en arrivant à Bouzeguène. Je connais bien la Kabylie et Bouzeguène ressemble à toutes les villes de la région avec pour chacune sa propre particularité. J’ai été, par ailleurs, très flatté par les activités de l’association des handicapés et leurs amis de Bouzeguène.

Les anciens élus de la commune de Bouzeguène et ceux d’Aubervilliers qui ont cosigné le protocole de jumelage, ne sont plus à la tête de ces mairies, croyez-vous vraiment à la survie de ce protocole de jumelage ?

Pour la municipalité d’Aubervilliers, en tout cas, oui, j’y crois. Je jumelage est un moyen de renforcer la coopération entre les deux communes. Les ingrédients sont là avec la forte population maghrébine en générale et kabyle en particulier dans la ville d’Aubervilliers. Ce n’est pas, seulement Bouzeguène qui en bénéficie, comme vous le pensez, même Aubervilliers à beaucoup à gagner. Outre le jumelage, des initiatives ponctuelles sont programmées en direction des populations de la diversité. Ma visite à Bouzeguène est un signe fort de la détermination des élus d’Aubervilliers à renforcer la coopération.

Que préconisez-vous pour renforcer la coopération entre les deux communes ?

En tout cas, les associations sont en phase d’activité. Nous sommes particulièrement intéressés par les dossiers de l’environnement, de la santé, du sport. Celui des handicapés est également très intéressant en constatant, sur place, le gros travail qui a été fait. Mais, il faut admettre que pour atteindre les objectifs, il faut une volonté politique. Le rôle des comités des Archs dans le jumelage, les représentants des comités de village structurés en association sont également les bienvenus. Nous avons également des rapports amicaux avec les associations algériennes ou franco algériennes, ici, en France.

Dans ce jumelage, il faut reconnaitre que le principal bénéficiaire est, sans aucun doute, la commune de Bouzeguène qui devrait profiter de la grande l’expérience de la ville d’Aubervilliers : D’après vous, quels sont les mécanismes à installer pour que Bouzeguène puisse bénéficier au mieux du capital-expérience d’Aubervilliers ?

Aubervilliers est une ville de 76000 habitants. Ce n’est pas seulement Bouzeguène qui en est le principal bénéficiaire dans ce jumelage, Aubervilliers aussi a beaucoup à bénéficier dans le cadre des échanges, C’est un challenge qu’il faut atteindre de part et d’autre des deux rives de la méditerranée.

Jacques Salvator, ancien maire PS d’Aubervilliers, s’est rendu à Bouzeguène : Est-ce que M. Pascal Beaudet, le nouveau maire, pourrait, un jour, se rendre en Kabylie ?

Oui cela est très possible. M. Beaudet peut évidemment se rendre à Bouzeguène. Il reste à prévoir si c’est le maire de Bouzeguène qui viendra le premier en France ou inversement.

Que diriez-vous en conclusion ?

Merci pour cette entrevue. Je dirais, en conclusion, que toutes les conditions sont réunies pour le bien des deux populations, tant albertivillariennes que bouzeguènoise. Notre objectif est de lutter contre les discriminations, le racisme, travailler pour l’égalité des droits de toutes les diversités et faciliter leur accès aux responsabilités civiques et publiques.Pour notre part, nous tenons à préserver les dates symboles (dates de mémoire), comme celle du 10 août avec la célébration, cette année, du deuxième anniversaire de la disparition de Mouloud Aounit qui aura lieu au cimetière d’Aubervilliers et la visite du village natal de Mouloud Aounit. Nous n’oublierons pas les dates du 17 octobre 1961 et du 08 mai 1945.

Kamel Kaci-karim fergani

Rédaction

L'auteur Rédaction