Fermer
ActualitéBouzeguene

Ihitoussène (Bouzeguène) : Les villageois réalisent un stade

Bouzeguène-e1550879397546

Les jeunes du village Ihitoussène, dans la commune de Bouzeguène, à une soixantaine de kilomètres à l’est de Tizi Ouzou, pourront, enfin, dans les toutes prochaines semaines, pratiquer le football sur un terrain revêtu de gazon synthétique de dernière génération.

Après tant d’années d’attente, c’est enfin le bout du tunnel pour la jeunesse de ce village, qui n’a jamais cessé de caresser ce rêve de disposer d’un terrain digne de ce nom.

Avec cet acquis, le village peut se targuer d’être le premier à avoir réussi à concrétiser le rêve des jeunes avec ses propres moyens. Pour atteindre cet objectif, chaque week-end, des groupes de villageois s’organisent pour entreprendre des travaux, aidés en cela par le comité de village, qui n’a pas lésiné sur les moyens pour aider ces jeunes très persévérants, notamment la mise à leur disposition de quantités conséquentes en matériaux de construction, ainsi que des engins (pelleteuse et compacteur) pour effectuer les différentes tâches.

Un travail titanesque qui, malgré une main- d’œuvre gratuite, a consommé plus de quatre millions de dinars débités de la caisse du village, avec le concours de donateurs anonymes. Un citoyen a d’ailleurs mis à la disposition des jeunes deux quotas de 400 m2 de gazon synthétique pour une surface de terrain exigeant trois fois plus. La quête qui à été lancée a permis de réunir la somme nécessaire pour le payement d’une entreprise spécialisée dans la pose de tartan avec un tarif très avantageux englobant la fourniture et la pose.

Les travaux de terrassement, d’élargissement du terrain, de drainage, de compactage et de pose du béton poreux ont été effectués. Les jeunes ont procédé aussi à la réalisation d’un mini-gradin d’environ une centaine de places, à la surélévation d’une palissade surmontée d’un pare-ballon d’une hauteur de 5 m et à l’installation d’un système d’éclairage nocturne, etc.

Il faut dire que le village n’a jamais cessé de se métamorphoser depuis plus de deux ans, avec des travaux incessants, chaque week-end, relatifs à l’adduction d’eau potable, l’extension et le dallage des routes, la pose ou le renouvellement du réseau d’assainissement, l’installation de petites fontaines dans les quartiers, l’aménagement de la placette du village et d’un parking, le déplacement des ossements des martyrs, sans identification, des insurrections de 1857 et 1871, ainsi que de quelques anciennes tombes, avec le consentement des familles.

Enfin, en collaboration avec l’association des femmes Tahitost, qui vient de déposer sa demande d’agrément, un système de tri des déchets a été installé pour aller progressivement vers l’éradication totale de la décharge collective, condition sine qua non pour prétendre réussir le projet dit de «village durable». Un gros travail de sensibilisation est nécessaire pour convaincre tous les citoyens à y adhérer pour protéger l’environnement.

kamel k. Elwatan

Mots clés : Une
Rédaction

L'auteur Rédaction