Fermer
Actualité

La centenaire, Dahmouh Fatima du village Flikki, nous a quittés

IMG_2892

 

Dahmouh Fatima, plus connue sous le pseudonyme de Fatima N’Cheikh, nous a quittés, dernièrement, à l’âge de 100 ans. Nna Fatima, la centenaire du village de Fliki, dans la commune d’Azazga, s’est éteinte entourée de ses enfants, fils et filles ainsi que de ces petits enfants.

Née présumée en 1918, à quelques mois seulement de la signature de l’armistice de la première guerre mondiale (1914/1918), la défunte, Dahmouh Fatima aura mené une existence très difficile. Sa vie, à l’instar de toutes les femmes de son époque, n’aura pas été un long fleuve tranquille. Femme forte, courageuse, son existence fut empreinte de dur labeur, de sacrifice et de résistance. Très jeune, elle fut rapidement initiée à l’âpreté du travail de la terre dans les champs de la famille, à pratiquer l’élevage domestique et à apprendre le tissage. C’était des activités  essentielles pour survivre en ces temps de disette mais également des qualités intrinsèques qui étaient vite repérées pour en faire une épouse modèle.

C’est en 1936, à l’âge de 18 ans, que  Nna Fatima  se maria avec Mohand Améziane Dahmouh qui décéda avant elle, en 1989, après 53 ans de vie commune. De cette union, vint au monde une progéniture prolifique constituée de sept (07) enfants (Mhand, Arezki, Hamid, Fatima, Ouerdia, Saadia et Dahbia), quatre-vingt (80) petits-enfants et vingt-cinq (25) arrières petits-enfants, soit une descendance totale de112 enfants

Durant la guerre de libération nationale 54/62, Nna Fatima apporta, très tôt, son soutien à la lutte armée, en servant dans l’intendance de l’ALN. Dahmouh Fatima, aura ainsi vécu les deux guerres mondiales, 14/18 et 39/45 ainsi que la guerre de libération nationale.

Concernant les secrets de sa longévité, Nna Fatima ne connut rien d’autre qu’une vie sans stress, une alimentation essentiellement basés sur une nourriture naturelle et saine, une activité physique dense qui repose sur des travaux domestiques âpres et continus. Il faut admettre que cette mère, grand-mère et arrière-grand-mère fut si bien entourée par ses enfants et proches. C’est, d’ailleurs, grâce à eux  qu’elle a passé facilement le cap des 100 ans.

 

KAMEL KACI

Mots clés : animerUne
Rédaction

L'auteur Rédaction