Fermer
Culture loisirs

L’amour fait perdre la raison (01)…A suivre… Une histoire de Massa. Chabha Ben Matouk.

    26734093_10215142998718296_4223259042591389452_n

    En 2004, Malha obtint un poste de travail comme journaliste dans un quotidien denommé « Aghmis n usirem ». Cela fait des années qu’elle rêvait de pouvoir partager sa passion avec les lecteurs d’Algérie et du monde entier. Pour atteindre ce but, elle avait travaillé durement. Elle avait lu énormément de livres pour nourrir son esprit et s’armer de savoir. Elle connait de réputation la sévérité et la rigueur professionnelle de son rédacteur en chef qui en a fait un journal crédible plébiscité par des lecteurs extrêmement exigeants.

    Malha a dû renoncer à beaucoup de choses pourtant vitales pour s’acheter des livres qui puissent parfaire sa formation acquise laborieusement à l’université. Elle s’est privée de nourriture, de vêtements, de produits de beauté comme les cosmétiques et les parfums. C’est avec un cœur débordant de joie qu’elle entama son travail. Malha était une belle femme de 30 ans qui aimait la vie et la liberté. Elle croyait à l’amour romantique comme source de bonheur.

    Un jour, lors du vernissage d’une exposition de tableaux de peinture faite par un peintre célèbre dans la galerie « Tazuri », elle fit la rencontre de Yuba, lui aussi journaliste dans le quotidien « Izenzaren n yitij ». Ils prennent plaisir à discuter d’abord sur le 7eme art avant d’aborder des choses plus personnelles et intimes comme le bonheur, l’amour, l’amitié, les rêves, les projets…

    Ils échangent leurs coordonnées et se fixent des rendez-vous chaque week-end. Avec la Suziki rouge et neuve de Yuba, ils visitent les plus belles plages et les meilleurs sites touristiques de l’Algérie en général et de la Kabylie en particulier. L’amitié naissante se transforme vite en amour. Yuba devint un aimant, un centre de gravité, une oasis de paix et de bonheur pour Malha.

    Elle donna tout son cœur et son corps à Yuba son bienaimé, son Apollon, son Dieu. Tout allait à merveille jusqu’à ce que les gens commencent à jaser. Juba, qui était marié et père de deux enfants à peur de ces rumeurs malveillantes qui prennent de plus en plus des proportions alarmantes. Il sent des changements dans ses relations avec les citoyens de son village. Certains se détournent de lui, d’autres gardent le silence à son approche…A suivre… Adaptée par Hammar Boussad.

     

    Merci de partager si vous aimez!
    Mots clés : Une
      Rédaction

      L'auteur Rédaction