Fermer
Culture loisirs

L’amour transcende l’esprit (01)…A suivre…

b_1_q_0_p_0

C’est la rentrée scolaire 2016/17. Izem Aghilas est admis EN 1AS (série lettres) au lycée « Tamusni n zik », situé dans la commune de « Tizi n Tayri ». C’est le premier jour de la rentrée. La cloche sonne à deux reprises pour signaler le début des cours. Les étudiants s’alignent devant leurs classes et attendent le signal de leur enseignant ou enseignante pour rentrer en classe.

Une jeune enseignante donne le signal en disant entrez avec un geste de la main aussi. Les étudiants s’engouffrent dans la salle. Par respect, ils restent debout en attendant la permission de s’asseoir. L’enseignante, belle comme une déesse, demande aux étudiants de s’asseoir avec sa voix douce et un geste de sa main gauche. Elle se présente en premier avant de demander aux autres de se présenter à tour de rôle. La première séance est consacrée à la prise de contact depuis la nuit des temps.

-« Mon nom est Tanina n Tziri, je suis votre enseignante d’Anglais. »

L’enseignante expliqua sa méthode de travail en axant son argumentaire sur la volonté, le sérieux et la discipline, seul triptyque qui peut assurer la réussite, selon elle. Elle parle du programme chargé et difficile qui les attend. Elle écrit l’emploi du temps sur le tableau. Pour finir, elle demanda aux étudiants de lui fournir le maximum d’informations sur eux-mêmes et leurs familles sur une double-feuille.

Izem Aghilas qui n’a jamais été amoureux de sa vie, est tombé sous le charme de cette enseignante qui doit avoir vint-cinq ans environ. Il a eu le coup de foudre dés qu’elle a posé ses yeux verts et souriants sur lui. Au premier jour, il était assis à la dernière table. Il suivait tous ses mouvements, buvait ses paroles et la dévorait des yeux.

Izem Aghilas était un étudiant médiocre par le passé. Il aimait choisir la dernière table pour s’amuser à jouer au pitre ou éloigner l’attention des enseignants sur lui pour s’adonner a des activités extra-scolaires comme dessiner, écrire de la poésie, lire un roman, faire des mots croisés…

Mais cette fois, il étonna tous ses camarades de classe en se plantant à la première table dés le deuxième jour. Ses camarades ignoraient tout de ses chagrins amoureux. Ils pensaient qu’il est revenu à de meilleures résolutions et une plus grande détermination pour entamer une nouvelle année scolaire sous de meilleurs auspices grâce aux sermons de ses parents qui voulaient tant l’encourager à travailler sérieusement afin d’acquérir de solides bases susceptibles de lui ouvrir la voie vers une carrière universitaire prometteuse…

Par Hammar Boussad. Œuvre de Farid Benyaa – artiste algérien

Mots clés : Une
Rédaction

L'auteur Rédaction