Fermer
Actualité

LE “MOUSSEBEL” FERHAT IMESSAOUSENE, 10 ANS DÉJÀ

img014-1

Messaoudène Ferhat dit “Ferhat  Imessaoudène”, nous a quittés, le dimanche 12
décembre 2010, à l’âge de 77 ans.  10 ans déjà; c’était hier !

Ferhat fut un homme simple et  modeste mais jouissant d’une grande estime de la part des citoyens de toute la région. Il contribua beaucoup pour la révolution sans pour autant être reconnu pour ses mérites. Persécuté, torturé devant sa famille et devant les villageois, il résista  aux coups qu’on lui avait administrés et à l’eau savonneuse qu’on lui avait ingurgitée. En dépit de toutes les exactions subies, pas un mot de dénonciation. Pendant qu’on le torturait, il criait à tue-tête, comme pour rassurer villageois rassemblés de force autour de la place du village : « N’ayez pas peur, je vous jure que ne dénoncerai personne ! ». En l’entendant parler, sans comprendre ce qu’il disait, les bourreaux redoublaient de férocité en lui lâchant un gros chien qui devait entamer une série d’arrachement de ses lambeaux de chair. Les bourreaux ne voulaient pas sa mise à mort dans l’immédiat. N’ayant tiré aucun renseignement, on l’emprisonna pendant quelques jours puis on le relâcha tout en gardant l’œil sur lui; une autre astuce pour débusquer les complices.
Malgré tout ce qu’il avait subi, Dda Ferhat n’avait pas cessé de poursuivre son rôle de Moussebel.  Que de messages portés à bon port et que d’autres “avalés” pour éviter qu’ils ne tombent entre les mains de l’ennemi. Il avait eu de nombreux contacts avec les moudjahiddine de Bouzeguène qui lui confiaient des missions hautement secrètes et périlleuses.
Un reportage vidéo que nous gardons minutieusement, lui a été consacré de son vivant. Il nous a fait part de tout ce qu’il a enduré durant cette période de guerre sans merci contre la cinquième puissance mondiale.
Durant ses obsèques, Hadj Mahfoud Mettouchi résuma en des termes fort-élogieux le parcours héroïque du défunt qui a rejoint sa dernière demeure, recouvert de l’emblème national.
Repose en paix Dda Ferhat. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

KAMEL KACI

 

Mots clés : Une
Rédaction

L'auteur Rédaction