Fermer
Culture loisirs

Le roi et le jardinier Akli / Agellid d wAkli.

    7200_6159_mauresques__hider

    Il était une fois, un roi dictatorial et injuste qui régnait par la force dans un pays d’Afrique du Nord. Ce maudit roi avait une peur bleue des maladies. Pour le moindre mal, il consultait des médecins étrangers. Il habitait un royaume resplendissant de beauté et de blancheur. Le palais royal est situé à proximité de la mer. Il est protégé par des gardiens armés jusqu’aux dents, cachés dans des garettes.

    Pour pénétrer à l’intérieur, il faut passer par une porte blindée surveillée par sept gardiens. Dans le palais, on retrouve des jardins parsemés de fleurs multicolores, d’arbres fruitiers, des oiseaux aux chants mélodieux, des animaux sauvages et domestiques et des fontaines aux eaux fraiches et limpides.

    Un esclave nommé Akli prend soin des jardins à partir de l’aube jusqu’au crépuscule sans aucune rétribution ou reconnaissance. Pour avoir une entrevue avec le roi, les gens courbent l’échine et pénètrent dans le palais avec la peur au ventre et moult précautions. Akli le jardinier fait toutes sortes de tâches ingrates pour satisfaire aux caprices du roi.

    Un jour, le roi importa de l’Inde un arbre rare. Il recommanda à Akli de prendre un soin particulier de cet arbre et de ses fruits qu’il serait le premier à déguster. Akli s’occupa à merveille de cet arbre qui donna ses premiers fruits. Mais un jour,un oiseau picora tous les fruits. Akli était bouleversé. Avec la peur au ventre, il raconta la mésaventure au roi qui lui dit :

    -« Ne t’en fais-pas, un jour l’oiseau se fera manger lui aussi. »

    Quelques jours après, Akli retrouva l’oiseau dans le gosier du serpent. Akli retrouva le roi et lui dit joyeusement :

    -« Sire, comme tu l’as si justement prévu, l’oiseau est dévoré par un serpent. »

    -« Voici une bonne nouvelle, la justice divine a prévalu, le serpent connaitra également le même sort », répondit le souverain.

    Un matin glacial, Akli retrouva le serpent dans le jardin, mort de froid. Il prit une hache et le tua d’un seul coup sur la tête et alla informer le roi :

    -« Sire, vous avez raison, la justice de Dieu est implacable. Le serpent a connu le même sort que l’oiseau et les fruits. »

    -« Absolument vrai. Cependant, toi aussi, tu n’échapperas pas à cette terrible loi divine. »

    Akli retourna à son travail en tremblant. Il s’en veut amèrement d’avoir tué le reptile, craignant pour sa propre vie.

    Un jour, la reine prétend avoir entendu Akli proférer des propos irrespectueux envers ses deux filles qui se promenaient dans le jardin. Le roi convoqua Akli et lui dit :

    -« A ton tour, tu subiras le même sort que le serpent et les autres. »

    Il ordonne à ses gardes de le tuer. Akli supplie le roi de le laisser dire quelques mots avant la sentence. Le roi finit par accepter :

    -« Sire, rappelle-toi ce que tu me disais souvent : Chaque tueur sera tué à son tour comme l’exige la loi divine. Alors, réfléchis avant qu’il ne soit trop tard. Si tu me tues, tu seras tué à ton tour. »

    Tremblant comme une feuille, le roi comprend la sagesse de son esclave, la gravité de la situation et la mort fatale et imminente qui le guette. Il libère sur le Champ Akli qui retrouve son travail soulagé et delivré de toutes les appréhensions.

    Une nouvelle d’Arezki Djamel, adaptée par Hammar Boussad.  Source Illustration

     

    Merci de partager si vous aimez!
    Mots clés : Une
      Rédaction

      L'auteur Rédaction