Fermer
Monde

Les algériens résidents à l’étranger concernés par la nouvelle formule de logement de la CNEP-Banque

b_1_q_0_p_0

La Cnep-banque, vient de concrétiser à moins de 18 mois de la fin du 4éme mandat du Président de la République Abdelaziz Bouteflika, un de ses engagements phares, tant attendu par nos ressortissants établis à l’étranger, à travers cette nouvelle formule de logement location vente, qui bénéficiera à notre diaspora algérienne établie à l‘étranger, dont le nombre est estimé à deux millions d’algériens, dont 80% établis en France. 

Pour rappel, le président Abdelaziz Bouteflika lors de la compagne électorale des présidentielles de 2014, s’est engagé à mettre en place une nouvelle formule de logement intitulée logement promotionnel pour les non-résidents « LPNR », permettant l’accès à nos émigrés à des programmes immobiliers libres pour ceux qui désirent investir dans un bien pour le louer ou le revendre, formule destinée à contribuer à orienter l’excès d’épargne des résidents à l’étranger vers la dynamisation du marché immobilier en Algérie. Cependant, cet engagement n’a pas été concrétisé par l’ancien premier responsable du secteur de l’habitat, qui a même avancé devant les députés du peuple que cette formule de logement ne fut qu’une idée, et qu’il n’y avait eu aucun engagement dans ce sens, ni du président de la République ni de lui-même.

Ainsi, c’est un nouveau produit qui sera lancé début novembre 2017 par la Cnep Banque, appelé ijara Tamlikia (location-vente) au profit des particuliers y compris les algériens résidents à l’étranger. C’est ce que rapporte Madame Kassioui, directrice du marketing et de la communication de la CNEP-Banque dans un entretien accordé au site d’annonces immobilières Lkeria.com, qui livre en exclusivité, le détail de cette nouvelle formule de logement tant attendue par nos ressortissants vivants à l’étranger.

Ce nouveau produit de la Cnep-Banque appelé IJARA TAMLIKIA « ايجارة تمليكية »  est un financement alternatif, non basé sur l’intérêt. Autrement dis c’est une formule de financement par laquelle la Cnep-banque acquiert un logement choisi par un particulier dont la valeur ne peut dépasser 100 millions de dinars et le lui donne en location. Cette location est accompagnée d’une promesse de transfert de propriété (un contrat à part) au profil du client, au terme de la durée de financement, qui peut aller de 2 à 30 ans, en fonction des capacités de paiement et de l’âge.

 Quel type de logements peut-on acquérir via cette formule ?

 Ce produit est destiné au financement d’un logement neuf ou ancien (appartement, villa, duplexe etc.), acquis par la CNEP-Banque auprès de particuliers ou de promoteurs immobiliers publics ou privés, hors dispositif d’accession aidée pour les logements publics. C’est l’acheteur qui choisit son futur logement pour le proposer ensuite à la CNEP-Banque qui l’achète en son nom et le loue à son client.

 Qui peut bénéficier de cette formule de logement ?

Pour être éligible à la formule location vente de la CNEP-Banque, il faut être :

–       de nationalité algérienne, y compris les résidents à l’étranger ;

–       avoir la capacité juridique de contracter un crédit

–       être âgé de 21 à 70 ans à la date de la demande de financement.

–       disposer d’un revenu mensuel net permanent supérieur ou égal à l’équivalent de 30.000 DA pour les salariés et retraités, avec une ancienneté d’une année au moins  et à l’équivalent de 50.000 DA pour les commerçants et les professions libérales, avec minimum d’ancienneté de l’activité de 2 ans selon une formule de calcul.

Comment est fixé le montant du loyer ?

C’est le prix du logement et le revenu du ménage qui fixera le montant du loyer et la durée de la location. Le montant de financement peut atteindre 90% du prix d’acquisition du bien objet de financement.

Les conditions et surface financière exigée des algériens résidents à l’étranger est calculée de la même manière que pour les crédits immobiliers.  La capacité de remboursement pour un emprunteur algérien résidant à l’étranger est fixée en fonction de ses revenus mensuels nets qu’il perçoit en devises, en déduisant du revenu mensuel net, le salaire minimum garanti (S.M.I.G) du pays de résidence et en convertissant 50% du solde du revenu en dinars algériens. Rappelons que la paiement se fait en dinars algériens. Voir la rubrique de Lkeria.com sur le crédit pour les immigrés.

Enfin, l’équipe du site web algérien spécialisé dans l’immobilier Lkeria.com avait mené en septembre 2015 une réflexion sur le potentiel financier d’une formule de logement public pour les algériens non résidents, qui représente une réelle source de devise au pays, surtout en cette période de crise.

source article

Mots clés : Une
Rédaction

L'auteur Rédaction