Fermer
Sports

LES RANDONNEURS DU DJURDJURA Par Hammar Boussad

    14680673_1094239217320039_8108129314978465626_n

    Il fut un temps, dans la décennie noire (1990-2000), il était impossible de s’aventurer dans les montagnes à cause des terroristes qui régnaient en maitres dans ces endroits paradisiaques, en semant la terreur, privant les randonneurs d’un air pur, les bergers de pâturages , les amoureux de la nature, de leur lieu d’évasion , de distraction et les chasseurs de leur passion.

    Aujourd’hui, thanks god, la paix est revenue. Les bergers ont retrouvé leurs flûtes et leurs animaux peuvent gambader en toute liberté dans la forêt en mangeant des glands et toutes sortes de plantes nourricières. Des clubs de randonneurs foisonnent dans toute la Kabylie. Parmi ces groupes, « LES RANDONNEURS DU DJURDJURA », attirent particulièrement l’attention par leur dynamisme exceptionnel. En effet, cette association, non agrée pour l’instant, active efficacement grâce à l’apport titanesque de Belabbas Smail d’Ahrik.

    Fondée en 2015 par Belabbas Smail, «  LES RANDONNEURS DU DJURDJURA », arrivent déjà à drainer plus de 5000 amis sur sa page FACEBOOK. Une centaine d’entre eux participent régulièrement aux randonnées organisées chaque vendredi, au point d’en faire une nouvelle famille.

    Smail Belabbas est la cheville ouvrière de cette organisation, un jeune débordant d’humour et de dynamisme. Avec sa longue et fine silhouette, sa tenue militaire, on dirait un soldat. Armé d’une canne, d’un chapeau et d’une caméra, il a tout l’attirail d’un randonneur professionnel. Accompagné de son épouse Aldjia, randonneuse et enseignante, il arrive à gérer la randonnée de main de maitre du début jusqu’à la fin, assisté dans sa tache par deux fideles, précieux et infatigables randonneurs de Sahel : Remini Smail et Remini Madjid.

    Les randonneurs viennent des quatre coins de la Kabylie : Bouzeguène, Ait-Zikki, Azaga, Aghribs, Freha, Yakouren, Azzefoun,Sidi-Aiche, Bedjaia, Bouira…       Ils sont de tous les âges et des deux sexes. Vieux et vieilles, hommes et femmes, garçons et filles se côtoient dans le respect, la joie et la camaraderie.

    Certains fidèles ne ratent pas la moindre randonnée comme Dda.Mouhend Boudi de Sahel, le plus vieux randonneur avec ses 80 ans, Dda.Arezki Messara et sa femme, un couple d’éducateurs en retraite, Dda.Amar Hounas avec sa petite famille…                                                                                                                  Parmi les randonneurs, on retrouve beaucoup de retraités, des enseignants et des enseignantes, des médecins comme le Dr.Cherifi Nour, des poètes et des poétesses comme Touat Katia, des chanteurs comme Belabbas Idriss.

    Les randonneurs pratiquent la randonnée pour différentes raisons : Les artistes viennent chercher l’inspiration au contact de la nature. Les sportifs viennent pour marcher. Les intellectuels viennent pour échanger des idées. Les déprimés viennent pour noyer leur stress dans l’ambiance contagieuse et libérée des randonneurs, loin des milieux sclérosants et conservateurs des villages. Les poètes et les dessinateurs viennent admirer les tableaux naturels qu’ils rêvaient d’écrire et de décrire

    Chacun trouve son compte et se surpasse pour avaler des kilomètres, escalader des collines, des monts et des falaises abrupts et accidentés, vaincre la peur et la fatigue, s’armer de courage pour atteindre les sommets d’Azru n Thur, Lala Khlidja, Tamgut…les sommets de la joie.

     

    Par Hammar Boussad

    Merci de partager si vous aimez!
    Mots clés : Une
      Rédaction

      L'auteur Rédaction