Fermer
ActualitéBouzeguene

lycée colonel mohand-oulhadj de Bouzeguène Sans proviseur, ni surveillant général ni censeur

71269111_10211972301581996_4917750829663911936_n

Les parents d’élèves de la localité de Bouzeguene, dans la wilaya de Tizi Ouzou, comptaient procéder à la fermeture du lycée colonel Mohand-Oulhadj durant la journée d’hier mardi, pour une durée illimitée, afin de protester contre la précarité qui règne au sein de l’établissement depuis plusieurs années.

Délaissé, le lycée est livré à l’anarchie et à l’instabilité de l’encadrement administratif. “Le lycée est sans proviseur, sans surveillant général et sans censeur”, a annoncé l’association des parents d’élèves qui a décidé de passer à l’action. Chaque année, l’établissement est géré par des enseignants faisant fonction. Cette année encore, la direction de l’éducation n’a pas trouvé mieux que de charger, à la dernière minute, le proviseur du lycée d’Illoula pour effectuer la rentrée au lycée colonel Mohand-Oulhadj. Les parents d’élèves comptent exprimer également leur colère concernant la cantine scolaire qui est dans un état lamentable. “Elle risque de s’effondrer sur les élèves en plein déjeuner”, alertent-ils. La toiture s’est fortement incurvée sous le poids des fortes chutes de neige durant les hivers passés. “Les différents courriers adressés aux responsables locaux et à l’académie sont restés lettre morte”, regrettent encore les parents d’élèves. Le passage au lycée et à la cour est dans un état apocalyptique en raison des crues des eaux pluviales qui ont démonté le bitume et la pratique de l’éducation physique se réalise sur une cour semée de gravillons où les blessures sont fréquentes. Pour tous ces problèmes qui persistent depuis des années, l’association des parents d’élèves à pris la décision de retenir les enfants à la maison jusqu’à satisfaction des revendications sus-mentionnées.

Kamel Nath Oukaci liberte-algerie.com

Mots clés : Une
Rédaction

L'auteur Rédaction