Fermer

Maison de la culture Mouloud Mammeri TO L’hommage des Africains à Albert Ebossé

no thumb

imgp2205La communauté des étudiants étrangers de Tizi-Ouzou ( CEETO) composée exclusivement d’africains a organisé samedi dernier un hommage au joueur camerounais Albert Ebossé tué par un projectile lancé des tribunes le 23 août dernier au stade du 1er novembre.

Une mort qui a suscité bien des interrogations et dont l’enquête en cours tarde à rendre ses conclusions. Une dizaine de pays d’Afrique, le Cameroun en nombre, le Madagascar, le Mozambique, le Tchad, la Guinée Bissau, l’Ouganda, le Congo, la Côte d’Ivoire, la Guinée et enfin l’Algérie avec un chant de Idir sous la voix tonitruante d’une choriste étudiante ont participé à l’hommage précédé dans la matinée par un match-gala entre une sélection d’étudiants camerounais et une équipe du reste de l’Afrique.

Dans l’après-midi, un riche programme d’animation a été proposé au jeune public dont beaucoup de filles venus rendre un ultime hommage à un joueur dont on disait beaucoup de bien aussi bien sur ses performances techniques que relationnelles et humaines et cela de l’avis d’un gérant de KMS dont le défunt était client : « Ebossé était d’une grande discrétion ne levant jamais les yeux devant les nombreuses filles qui fréquentent le kiosque auxquelles il cède le passage tête baissée » témoigne-t-il les yeux embués.

Après l’hymne national et une minute de silence, les activités culturelles ont démarré sitôt fini le discours inaugural des présidents de la CEETO et de la communauté des étudiants camerounais qui ont remercié la wilaya, l’APC et la maison de la culture pour leur soutien au montage de l’événement haut et riche en couleurs.
On a eu ainsi droit à de la danse folklorique et des chants présentée par chaque pays , un défilé de mannequins portant le nom de Miss Ebossé 2014. Une après-midi 100% africaine qui a mis de l’ambiance dans une ville plombée par la chaleur. Interrogés sur le sens à donner à l’initiative, une Tolgolaise ( sur la photo) et un camerounais ont insisté sur la symbolique de l’hommage destiné aussi à raffermir les liens entre africains mais également à dire que si Ebossé est mort sur le terrain , il restera à jamais vivant dans les cœurs.

Salem Hammoum

Rédaction

L'auteur Rédaction