Fermer
ActualitéCulture loisirs

Si Muhend u Mhend et Charles Baudelaire : Deux poètes immortels 02)…A suivre…

P120226-01

En guise d’introduction aux pages 11/12, le grand écrivain Abdennour abdesselam écrit :

« Charles Baudelaire et Si Muhend u Mhend ont magnifié par le verbe l’amour jusqu’à le sublimer. Ils ont tous les deux chanté l’amour, le vin, l’ennui, le désarroi, les remords, l’angoisse, la souffrance, la contestation, l’oscillation entre Dieu et Satan, la vie et la mort.

Ils étaient tous deux des anticonformistes face aux règles établies par les ordres en place. Ils se sont faits seuls dans les tumultes de la vie. Ils étaient très jeunes et orphelins lorsque la vie les éprouva durement.

Baudelaire a été victime d’une terrible inquisition. Il a été condamné par la justice française en 1856. Il a été réhabilité en 1947. Aujourd’hui, il retrouve sa véritable place dans les écoles et les universités françaises.

Si Muhend u Mhend a été ignoré par l’état Algérien. En revanche, il est adulé et consacré par le peuple Kabyle. Sa poésie a survolé les siècles oralement avant d’être transcrite par de grands écrivains comme Mouloud Feraoun et Mouloud Mammeri et chantée par de grands artistes comme Samy El-Djazairi et Cherif Kheddam »…A suivre…

Par Hammar Boussad

Rédaction

L'auteur Rédaction