Fermer
ActualitéBouzegueneCulture loisirs

SOUVENIR | Sadou Ouramdane (1943/1986): Un enseignant et un maire d’exception

20228363_1370893502965911_6529249062586800916_n

Qui ne se rappelle pas d’Ouramdane Sadou, du village Ahrik dans la commune de Bouzeguène. Il fut de la première vague d’enseignants de la commune de Bouzeguène.

Tout jeune, il avait à peine, 19 ans, on lui confia la première classe d’élèves, juste après l’indépendance du pays. Les blessures de la guerre étaient toujours fraîches pour tous ces élèves qui arrivaient sur les bancs de la vieille « Medersa » du village. Les élèves croyaient en l’indépendance, mais aussi en leurs maîtres d’écoles en qui, ils vouaient confiance et respect. Sadou Ouramdane est plus connu sous la dénomination « d’Ouramdane Kaci Ouali », sans doute en référence à son père.

Ce pédagogue  émérite était  incapable de renoncer à sa mission première : accompagner les élèves sur le chemin de la réussite. Il y consacra beaucoup d’énergie pour offrir le savoir à tous ses bambins. Il vouait aussi beaucoup de respect à son métier, considérant qu’être enseignant était un privilège. Les premiers élèves de l’école d’Aït Salah, d’abord, puis d’Ahrik avaient la chance de l’avoir comme maître. Avec sa bonne humeur légendaire, Ouramdane Sadou incarnait un modèle de professionnalisme, d’engagement, d’altruisme et de générosité qui faisaient de lui un être d’exception.

Aujourd’hui, nous savons qu’il est  à la hauteur de notre reconnaissance et qu’il mérite cet hommage, à l’occasion du 30eme anniversaire de son décès, survenu un certain 29 décembre 1986, à l’âge de 46 ans. Le souvenir d’un homme d’exception qui, au-delà de l’enseignement qu’il prodiguait, avait donné à tous ses élèves de belles leçons de vie. Il faisait partie de ces trop rares éducateurs qui sublimaient la jeunesse ; un vrai bon instituteur qui individualisait les élèves tout en leur apprenant des valeurs communes.

Deux mandats successifs comme maire de Bouzeguène de 1981 à 1986

La carrière politique de Sadou Ouramdane ne fut pas de tout repos. Élu, en 1981, en tant que vice président au sein de l’assemblée communale sur la liste du parti du FLN, il fut désigné comme maire en remplacement de M. Rachedi Mahmoud qui, quelque mois seulement après son installation, mit fin à son mandat de P/APC. Sadou Ouramdane conduisit l’assemblée, durant quatre ans, jusqu’aux élections communales de 1985 où il fut réélu, de nouveau, comme premier magistrat de la commune. Malheureusement, une année après, il décéda, en plein voyage en France, suite à un malaise qui lui survint dans un avion d’Air Algérie.

Malgré les premiers soins prodigués, par un médecin, présent parmi les voyageurs, il décédera dans un hôpital marseillais.

Une riche carrière enseignante

  • 1950-1952 : Écolier à la medersa d’Ahrik avec le maître d’école, Cheikh Salah. Lire ELWATAN du 29 décembre 2016.
  • http://www.elwatan.com/hebdo/magazine/cheikh-salah-le-maitre-d-ecole-providentiel-24-11-2016-333541_265.php
  • 1962 : Enseignant à l’école primaire d’Aït Salah (1 an)
  • 1963-1970 : Enseignant à l’école d’Ahrik
  • 1971-1978 : Enseignant à l’école de Bouzeguène centre.
  • 1978-1981 : Conseiller pédagogique à Larbâa Nath Iraten
  • 1981-1985 : P/APC à la mairie de Bouzeguène (4 ans)
  • 1985-1986 : P/APC (Réélu) à la mairie de Bouzeguène (1 an)

Kamel Kaci. décembre 30, 2016

Mots clés : Une
Rédaction

L'auteur Rédaction