Fermer
49550314_1556095737867262_1624960778626924544_n

Le coup d’envoi des activités célébrant Yennayer 2969, coïncidant avec le premier anniversaire de la consécration de cette journée comme fête nationale, a été donné lundi à Tizi-Ouzou par les autorités locales.

La cérémonie d’ouverture, abritée par la maison de la Culture Mouloud Mammeri, s’est déroulée en présence de quelque 35 exposants de différentes régions du pays, qui ont exprimé leur satisfaction de prendre part à cette célébration placée sous le thème “Yennayer : une référence nationale, historique et mémorielle”, qui reflète “la profondeur culturelle et le destin commun des amazighs”.

Lors de son allocution d’ouverture, la directrice de la Culture, Nabila Goumeziane, a souligné que Yennayer reflète “le partage et la communion” célébrés par les populations nord africaines “dans la joie, la convivialité et la solidarité”. Il est, a-t-elle rappelé, accompagné de pratiques sociales qui cadrent avec “les valeurs et principes spécifiques de notre éducation et notre culture à savoir la solidarité, la communion, la fraternité et l’esprit d’entraide”.

Pour le wali de Tizi-Ouzou, Abdelhakim Chater, la consécration de Yennayer comme fête nationale par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, est un “acte important qui renforce la culture et l’identité nationale”.

Mettant en exergue, elle aussi, l’importance de “sa consécration constitutionnelle comme fête nationale”, Mme Goumeziane a estimé que c’est un acte par lequel c’est toute “la culture amazighe qui est consacrée ( ), la pérennisation de la culture nationale assurée et l’identité nationale renforcée”.

Différentes expositions du patrimoine culturel national porté par plusieurs musées nationaux sont au programme de cette manifestation qui sera, également, marquée par plusieurs activités culturelles, spectacles artistiques, parades, ateliers pédagogiques, animation et projections sont prévues à travers l’ensemble des structures culturelles de la wilaya.

Des journées d’étude autour du patrimoine immatériel amazigh, dédiées au professeur feu Mohand Akli Haddadou animées par une pléiade de conférenciers, linguistes, spécialistes de la culture amazigh et dans le domaine du patrimoine ainsi qu’un colloque autour de la poésie populaire amazigh sont, également, prévus au programme de cette manifestation.

Pour célébrer la “dimension culinaire” qui caractérise l’évènement, un “marché de Yennayer” sera tenu tout au long de cette célébration, par la direction de services agricoles (DSA) et la chambre de l’artisanat et des métiers (CAM) à l’ancien Hôtel de ville et à la Place de l’Olivier et plusieurs villages procèderont à l’organisation de Timechret, rituel traditionnel consistant à égorger plusieurs bœufs et à procéder à un partage équitable entre les habitants du village.

Mots clés : Une
Rédaction

L'auteur Rédaction