Fermer
Culture loisirs

Yennayer : Muhend Asirem evince de sa vie Muhend Ameghbun

    23319366_567596903579919_8537400319716138122_n

    A l’approche de Yennayer, nouvel an Amazigh prévu le 12 Janvier 2018, Muhend Ameghbun a décidé de faire contre mauvaise fortune, bon cœur. A force d’entendre la formule consacrée « Souris à la vie, elle te sourira », Muhend Ameghbun a décidé de changer son attitude vis-à-vis de la vie en adoptant une nouvelle philosophie plus positive et optimiste.

    Pour commencer, il changera de nom. Il troquera le nom de Muhend Ameghbun contre celui de Muhend Asirem. Ce dernier a écrit une série de bonnes résolutions qui prônent uniquement les valeurs positives comme : la tolérance, le pardon, la générosité, la gentillesse, la paix, la liberté, la fraternité, la solidarité, l’amour…Il s’engage avec beaucoup de détermination à les respecter scrupuleusement et régulièrement. Muhend Asirem a sélectionné ses dix meilleures résolutions pour les offrir aux lecteurs du « Bouzeguène Post » à l’occasion du nouvel an Berbère :

    -Chaque matin, devant mon miroir, je m’exercerai à apprendre à sourire pendant cinq minutes après avoir débarrassé mon visage de sa barbe naissante qui m’enlaidit.

    -Chaque Vendredi, je participerai aux randonnées organisées par les randonneurs du Djurdjura et leurs amis.

    -Chaque Samedi, je participerai au café littéraire organisé par l’association culturelle « Tiewinin ».

    -Chaque semaine, je lirai un livre pour enrichir mon esprit avec de nouvelles connaissances.

    -J’arrêterai de fumer et de boire de l’alcool. Je veillerai sur ma santé en limitant la consommation du sel et du sucre.

    -Je participerai à tous les travaux d’intérêt général initiés par les associations culturelles, sociales ou environnementales.

    -Je choisirai d’écouter uniquement les chansons et les poèmes qui chantent la vie en rose, l’amour réel et éternel, la joie de vivre et l’optimisme.

    -Je brûlerai symboliquement Muhend Ameghbun sur la place publique.

    -Je détruirai le mur des lamentations. Je le remplacerai par le pont de la confiance, de la fraternité et l’espérance retrouvée.

    Pour terminer, je souhaite « Yennayer ameggaz » pour tous les Imazighen .

    Par Muhend Asirem.

    Merci de partager si vous aimez!
      Rédaction

      L'auteur Rédaction